Une vague baladeuse à Soustons (Landes)

On en parle depuis près de 10 ans : un équipement sportif avec une vague artificielle à Soustons pour pratiquer le surf à l’abri de l’océan. Henri Emmanuelli, président du Conseil général des Landes, en est le principal promoteur. Annoncé à Soustons-plage, de l’autre côté de la dune littorale, il a été délocalisé une vingtaine de kilomètres plus loin, selon un article récent dans le journal Sud Ouest.

Le contexte touristique

Ce projet devrait être mis en œuvre par la Communauté de Communes MACS (Maremne, Adour, Côte Sud), avec l’appui de la ville de Soustons. Ce projet est au cœur de la politique touristique départementale. Il n’a jamais fait l’objet d’un débat public en tant que tel. Tout comme sa délocalisation.

Le contexte est une politique départementale du tourisme de plus en plus tournée vers le tourisme « haut de gamme » et le tourisme d’affaires, basé sur des grands équipements, à contre courant du tourisme populaire et familiale qui est la tradition landaise. Ce modèle, largement obsolète, a fait l’objet d’un schéma départemental en 2010, réduit le tourisme à une activité économique, selon des critères « mondialisés » et déconnectés des spécificités du territoire. Et il est évidemment particulièrement prédateur de l’environnement. J’aurais l’occasion de revenir sur cette politique touristique du Conseil général des Landes dans un prochain billet.
Pour MACS, cela se traduit par le mythe d’un « triangle d’or » (pour l’emploi), qui a des allures de triangle des Bermudes : la vague artificielle de Soustons, le complexe golfique de Tosse, et la zone d’activités et de commerces de Saint-Geours de Maremne, dite Atlantisud, de 300 ha, au bord de l’autoroute A63 (Bordeaux – Espagne). Elle est encore plus qu’à moitié vide, malgré la relocalisation d’entreprises venant d’autres villes de MACS. Auchan peine à s’y installer, tant il y a déjà suréquipement en centres commerciaux dans la région. Il y a déjà un centre nautique, et c’est là que la vague artificielle devrait (pour l’instant…) atterrir.

Un pôle surfique

Une vague artificielle pour pratiquer le surf de l’autre côté de la dune littorale. C’est le prétexte pour un vaste « complexe surfique » : un « pôle glisse » et un nouveau quartier, avec un programme de centaines de logements, ainsi défini dans le DOO (Document d’Orientation et d’Objectifs) du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale), p.107 :
« Le projet Re-Sources situé à Port d’Albret sur la commune de Soustons qui vise à proposer un nouveau concept de station touristique mixant du résidentiel et des activités économiques s’inscrivant dans les thématiques locales de développement économique et de développement durable afin de vivre de manière saine en relation avec la nature et l’environnement. Ce projet cherche à sortir de la saisonnalité en créant les conditions d’une vie permanente avec une dynamique de rénovation à l’échelle de la station de Port d’Albret. La volonté est de faire de ce projet, une vitrine des activités économiques landaises et aquitaines »

En tant que pratique du surf, cela se discute. Un équipement sportif pour les jeunes, à l’abri des risques de l’océan, mais au prix de vagues simples et répétées à l’identique. Pourquoi pas. Le modèle en est au Pays basque. Voir ici et ici.

Sous la vague, une opération immobilière, au mépris de la loi littoral

Un projet absurde (la vague derrière la dune) peut en cacher un autre, plus grave du point de vue de ses conséquences sur l’environnement.

La « vague » ne semble n’avoir été qu’un prétexte pour une opération immobilière au cœur de la forêt. Le surf est convoqué comme la « marque » de la côte landaise pour conquérir des parts du marché touristique.
L’opération immobilière se lit dans la variété, le flou et le caractère fluctuant de ce qui est mis sous le nom de « nouveau concept de station touristique » dans le texte cité plus haut. Le projet de « complexe golfique » à Tosse, en limite de Soustons, regroupe le même type d’opérations immobilières . Au fil des programmes et discours électoraux du printemps 2014, ou de réponses figurant dans l’enquête publique concernant le PLU de Soustons. Il y a des résidences secondaires et de l’habitat permanent, social même en partie ; des hôtels, de luxe aussi) ; des villages vacances ; des villages sportifs ; de la thalassothérapie, etc. En tout, à terme, 2000 habitants potentiels, dans ce qui a été baptisé « un écoquartier » : il fallait oser le faire, pour une urbanisation prise sur la forêt pour l’essentiel.
Sur le fond, ce projet relève d’une tentative de relance de la politique de bétonisation du littoral landais, voulue par Henri Emmanuelli. Cette bétonisation avait été (un peu) contenue dans les années 1970, sous l’égide de la Mission Interministérielle pour l’Aménagement de la Côte Aquitaine (MIACA), avec une destruction du littoral moins forte que dans le pourtour méditerranéen, en dépit de la création de nouvelles stations balnéaires. Ce fut le cas pour Soustons-Plage / lac marin de Port d’Albret / Vieux Boucau. Henri Emmanuelli fit une tentative de relance de la politique de bétonisation au tournant des années 1980/1990, mise en échec par les recours des associations, s’appuyant sur la loi littoral. Avec les complexes golfique et surfique, Henri Emmanuelli repart à l’offensive, avec « l’emploi » comme mot passe partout. Comme si la création d’emplois passait principalement par des projets prédateurs de l’environnement : c’est « un monde de retard »…

Lors de l’enquête publique pour le PLU de Soustons (la première, en), les Amis de la Terre des Landes avaient déposé des recours concernant la création d’une zone dite « II AU » (à urbaniser) au cœur de la forêt, pour cet « écoquartier », qui était contraire à la loi littoral en ce sens qu’elle n’était pas dans une continuité d’urbanisation. Le Tribunal administratif a annulé cette zone, en plus de l’annulation générale du PLU. Lors de la seconde enquête publique en septembre 2014, la ville de Soustons a revu à la baisse (fort peu) la dimension de cette zone. La mairie de Soustons avait fait appel du premier jugement, et l’affaire n’est donc pas close.

Que va-t-il advenir du projet immobilier si le déplacement annoncé de la vague se confirme ? Autant que la vague, le « nouveau concept » de station touristique est à refuser.

Un projet inutile et imposé

L’annonce par Henri Emmanuelli du transfert du projet en a surpris plus d’un. Il faut dire que l’opacité est la règle, en dehors de quelques opérations de communication. Information sérieuse et débat public ne sont pas dans l’ADN du Conseil général.
Le projet avait été réaffirmé avec force juste avant les élections municipales, dans le programme intercommunal comme dans celui du maire sortant de Soustons. Sa réalisation était supposée commencer dès 2014. Ainsi, on peut lire dans un communiqué du CG40, le 4 mars 2014 : « Toujours en matière de sports de glisse, Henri Emmanuelli tient à préciser que le Conseil général des Landes et MACS travaillent depuis plusieurs années à la création d’un pôle de loisirs aquatiques sur la commune de Soustons, qui pourrait se développer autour d’une vague artificielle pour les surfeurs. Les acquisitions foncières ont d’ores et déjà été réalisées, il y a deux ans. » « Le travail pour qu’aboutisse cet important projet de développement touristique se poursuit. », dans la discrétion totale évidemment…
La relocalisation montre surtout que le projet était très loin d’être opérationnel, s’il peut être ainsi déplacé du jour au lendemain.

Malgré l’opacité entretenue, le projet passait mal dans la population. Pour les municipales de mars 2014, le programme du maire sortant affichait ce projet comme une priorité dès 2014. Le programme de la liste de droite était resté muet sur le sujet. Il affichait même la volonté de développer le tourisme d’affaires, une des fonctions du futur « écoquartier » accompagnant la vague. Sans doute sensible à l’état d’esprit des habitants, ce n’est qu’après le 1er tour dans un tract que la candidate de droite a manifesté son opposition au projet de vague (mais rien sur l’opération immobilière), en raison du coût suposé d’un projet qualifié de pharaonique.

Si l’article de Sud Ouest fin juin était, peu ou prou, passé inaperçu, l’affaire a rebondi début août quand le maire a présenté, lors d’un Conseil municipal, les actions qu’il comptait mener à partir de septembre. La vague avait disparue. Bernard Messang – chef de file de la droite – l’ayant remarqué sur le blog de l’opposition de droite, le maire a confirmé la relocalisation de la vague sur ce même blog. Bernard Messang y a vu un scoop, mais il n’avait sans doute pas lu ou cru Henri Emmanuelli dans Sud Ouest. Et le maire d’accuser le tract de la droite d’avoir fait fuir les investisseurs et donc perdre des emplois à Soustons. Le débat entre les deux protagonistes est en trompe l’oeil, sans argumentation. Il en reste au niveau d’affirmations péremptoires que ce soit sur le coût ou sur les emplois.

Plus que jamais, l’exigence est celle d’un débat public, avec en préalable la fourniture d’informations précises et complètes aux habitants.

Et il y a aussi plein d’autres façons de développer un tourisme populaire, respectueux de la nature, … et tout autant porteur d’emplois que ces projets inutiles et prédateurs.

L’original de l’article se trouve ici. (L’article a été mis à jour le 16 novembre 2014.)
Share Button
Tagués avec : , , , , , , , ,
Publié dans Aménagement, Contributions, Golf de Tosse, Protection du territoire, Tourisme, Vague artificielle
Abonnez-vous au flux →

Landemains 8-Hiver-Printemps 2020 online - nouTous

Liste de points de vente et dépôts ⬇︎
LANDEMAINS est disponible chez TOUS (!) les détaillants presse des Landes ainsi que chez vos dépositaires habituels suivants :

  • Capbreton, Cap Yoga
  • Cauneille, Boulangerie bio
  • Léon, L'Atelier, restauration associative
  • Messanges, épicerie "Chez Lafaurie"
  • Mézos, Le Hangar
  • Montfort-en-Chalosse, Le Chapeau Rouge
  • Rions-des-Landes, Ecolieu Jeanot
  • Saubion, bouquiniste "Sur un livre perché"
  • Saubion, Terre à Delices
  • Seignosse, Restaurant "les Roseaux"
  • St Jean de Marsacq, Jardins de Castelnau Maraîcher bio
  • St Paul-en-Born, La gare de l'art
  • St Paul lès Dax, Magasin Biotinel
  • Vieux-Boucau, Inti Wasi, Épicerie Bio
Page spéciale : Golf de Tosse
Tout sur le Golf de Tosse

Auchan Atlantisud abandonné


 nouTous - Vague artificielle - Saint-Geours-de-Maremne -Brice de St. Geours
 nouTous - Golf de Tosse - Gardons les pieds sur terre
 nouTous - Golf de Tosse - 1 seul trou: FINANCIER

nouTous sur facebook

1 mois

nouTous

Landemains 8 est dans les kiosques !

www.noutous.fr/Landemains/8-Hiver-Printemps-2020-online.pdf
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

1 mois

nouTous

Une ZAD à Castets ?

La lutte contre les piscines à vagues en France s'organise. Les collectifs et associations s'unissent.
Les collectifs bretons se sont associés au tract distribué à Castets pour passer ce message : un ZAD à Castets ? À vous de voir, nous, on est prêts !
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook
 nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Tweets @NouTous40
nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Nos Archives
  • 2020 (2)
  • 2019 (36)
  • 2018 (30)
  • 2017 (43)
  • 2016 (59)
  • 2015 (59)
  • 2014 (53)
STOP TAFTA
110 Communes landaises hors TAFTA et CETA
Amou, Arengosse, Argelos, Arjuzanx, Arsague, Arue Audon Aureilhan, Azur, Bastennes, Belhade, Benquet, Beylongue, Biarrotte, Biaudos, Bordères et Lamensan, Bostens, Bougue, Brassempouy, Cachen, Callen, Campet et Lamolère, Capbreton, Carcarès-Ste-Croix, Carcen Ponson, Cassen, Castelnau Chalosse, Cauna, Cauneille, Commensacq, Dax, Doazit, Escourse, Estibeaux, Gaas, Gaillères, Gamarde-les-Bains, Garein, Garrosse, Gaujacq, Goos, Habas, Hastingues, Hauriet, Haut-Maco, Josse, Laluque, Labatut, Labouheyre, Lamothe, Lencouacq, Le Sen, Lesperon, Lourquen, Luxey, Magescq, Mano, Mauries, Maylis, Mées, Messanges, Misson, Moliets-et-Maa, Momuy, Montfort-en-Chalosse, Montsoué, Morcenx Mouscardès, Mugron, Narrosse, Nassiet, Nerbis, Oeyregave, Orthevielle, Orx, Ossages, Pey, Peyrehorade, Pissos, Pomarez, Pontenx-les-Forges, Port-de-Lanne, Préchacq-les-Bains, Rion-des-Landes, Rivière-Saas-et-Gourby, Sabres, Saint.-André-de-Seignanx Saint Barthélémy, Saint-Jean-de-Marsacq, Saint-Laurent-de-Gosse, Saint Lon les Mines, Saint-Martin-de-Hinx, Sain.-Martin-de-Seignanx, Saint-Pierre-du-Mont, Saint-Vincent-de-Paul, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Saint-Yaguen, Saubion, Saubrigues, Solferino, Soustons, Sorde-l'Abbaye, Sort-en-Chalosse, Tarnos, Tilh, Tosse, Toulouzette, Villenave, Villeneuve-de-Marsan, Ychoux
et 9 Communautés de communes : Maremne-Adour-Côte-Sud, Coteaux et Vallées des LUYS, Pays de Mugron, Pays de Morcenx,Communauté du Seignanx, Communauté d'agglomération du Grand Dax, Communauté du Pays d'Ortie, Communauté de communes de Pouillon, Communauté de communes de Montfort



Panneau : Commune hors Tafta
TTIP/TAFTA et ses investisseurs tout puissants expliqués en moins de 4 min
Vu entre Soustons et Tosse

Non au Gol de Tossef

 Golf=erreur

ICI ZAD

Zone à defendre

KIBAM -  Les événements et manifestations des groupes actifs landais