Quelles Landes demain ?

Parce que nous vivons dans un pays rural et touristique, l’environnement est chez nous au centre de tout. Agriculture, sylviculture, tourisme, surf, pêche, chasse, loisirs, qualité de vie, toutes les industries et activités lui sont liées. Nous lui devons également la forte croissance de la population et l’attrait touristique de notre région.
Dès lors, objet de convoitises et de spéculations, il devient l’enjeu majeur des politiques locales.

Nos stats : 100% de victoires
Saumoduc d’EDF 650M€: abandon du projet
Vague artificielle Atlantisud 12M€ : abandon du projet
Auchan Atlantisud : abandon du projet
Dragage lac d’Hossegor 3,5M€ : passage de 350 000 m3 à 150 000m3 extraits; affaire en cours
Golf deTosse 250M€ : abandon du projet
Vague Artificielle Castets 40M€ : affaire en cours

Nous associons à ces statistiques les victoires sur le centre commercial Allées Shopping de Ondres, le golf des Abesses à St Paul-les-Dax, l’extension du centre Leclerc de Capbreton, la LGV, obtenues par d’autres collectifs citoyens et les associations environnementales historiques SEPANSO et Amis de la Terre.
Ces victoires prouvent définitivement aux plus fatalistes que les citoyens organisés ont le pouvoir d’exprimer et d’imposer leur avis sur l’aménagement et l’avenir de leur territoire, pourvu qu’ils le décident.

Des milliers d’ha de forêt, de plage, de terres agricoles, de zones humides préservées, des centaines de Millions d’€ publics économisés.

A travers ces luttes, nous disons calmement, solennellement, dignement, une vérité fondamentale :
Le respect de la vie et des équilibres naturels est le seul horizon vivable pour l’humanité.
Autour de ce constant doivent s’organiser le développement, l’explosion des propositions alternatives, de l’agriculture de proximité respectueuse des sols et de la vie, de tous les modes de vie sociale et économique qui restent à inventer ou à réinventer.
Mais ces victoires indiquent aussi que malgré les dispositions et la profusion des organismes pour la sauvegarde de la nature, celle-ci est toujours et plus que jamais attaquée. L’exacerbation des tensions dans un avenir politique incertain, le détricotage de la loi Littoral en cours, la position de plus en plus ambiguë des administrations et des organes de justice, indiquent avec certitude que, plus que jamais, les citoyens devront se porter garants de la préservation de leur patrimoine naturel.

Le premier pas, ensemble.
Personne n’est tenu à l’impossible. Mais il nous appartient de rendre l’avenir possible. L’urgence climatique et le contexte politique global exigent de chacun de faire toujours un peu mieux, un peu plus.

Manifeste-nouTous
Le manifeste « Les Landes sont ma nature » est un premier pas vers une organisation citoyenne indépendante capable de favoriser et de concilier la défense de la nature et celle des pratiques nouvelles.
Ce premier pas est celui de la solidarité envers celles et ceux qui portent les combats de la protection de la nature, acte fondateur de tout projet politique et social d’avenir.


Comment signer le manifeste ?
En nous écrivant par mail ou par courrier : Journal Landemains, 532 rte de Montjean, 40140 Soustons. ( précisez votre adresse mail afin que nous puissions vous tenir au courant de la suite. )

Pourquoi signer le manifeste ?
Signer ce manifeste, c’est apporter son soutien moral et physique au travail des associations environnementales historiques et de leurs alliés de terrain, c’est donner de la force et du poids à leur voix, c’est se porter solidaire d’un combat qu’ils mènent au nom de tous. Bien sûr, ce petit texte peut ne pas convenir parfaitement à tous.
Mais quelle que soit l’analyse de chacun sur la situation politique et sociale, la protection de la nature doit réunir les hommes et les femmes de ce pays. En signant ce manifeste, nous déclarons la volonté d’une population, et nous rendons politiquement intenables les attaques futures à notre environnement.

Télécharger le Manifeste Signer le Manifeste


Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans Aménagement, nouTous, Pourquoi ce site, Protection de la nature, Protection du territoire, Quelles Landes Demain

…Wavelandes

Newsletter et Communiqué de presse du 17 septemnbre 2019

Les confidences du maire de Castets

j’ai rencontré au nom du collectif noutous Monsieur Mouhel, maire de Castets, le 22 février 2019 au sujet de la vague artificielle.

De notre agréable conversation d’une heure, il ressort ceci de factuel :

  • C’est Monsieur Napias, Président de la communauté des communes, qui lui a demandé de se charger du projet, celui-ci n’ayant pas pu se faire à Lit et Mixe (pas d’investisseurs).
  • Monsieur Mouhel reconnaît que l’opération médiatique, notamment par le biais de Sud-Ouest, l’a un peu dépassé.
  • Fort des informations et mises en garde que nous avons apportées, et notamment l’incertitude quant au contrôle sanitaire de la qualité de l’eau par l’ARS, il a déclaré vouloir désormais garder plus de neutralité par rapport au projet.
  • Au moment de nous séparer, Monsieur Mouhel m’a délibérément déclaré « ce projet ne se fera »; je lui ai demandé de répéter. Il m’a redit dans les yeux « Ce projet ne se fera pas… pas avec les personnes qui le portent et tel qu’il est présenté ».
Soucieux de l’avenir et préoccupé par les questions de transition écologique, il m’a ensuite interpelé pour savoir si je connaissais un projet à forte valeur écologique; nous avons en effet parlé de maraîchage, de verger, d’arbres, de transition écologique.

Les membres du collectif d’opposants au projet pourront témoigner du fait que j’ai partagé avec eux ces informations.

Il ne nous a pas paru devoir faire état de cette conversation tant que le maire de Castets gardait sa réserve. Il nous semble aujourd’hui important que les landais sachent la réalité et le contenu de cette entrevue.

Il n’existe pas d’enregistrement de cette conversation.

Didier Tousis
porte parole nouTous
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Aménagement, communique de presse, Économie, newsletter, Vague artificielle

Wavelandes

Communiqué de presse du 16 septembre 2019

Le journal Sud Ouest est-il (devenu) une agence de com ?

Nous avons constaté et dit que le sujet de la vague artificielle n’est pas traité comme les autres : en gros, on ne dit pas la vérité, les journalistes utilisent des propos détournés pour influencer l’opinion sur la réalisation du projet.
Pour vous, le fait qu’Audrey Ludwig, ancienne directrice d’agence Sud-Ouest de Dax et Mont de Marsan, soit la chargée de com de Wavelandes peut-il influencer la manière dont ses ex collaborateurs traitent le sujet ? Selon Benjamin Ferret, auteur des derniers articles, non, bien sûr. Notons que lors de notre dernier entretien, Benjamin Ferret a feint ne pas être au courant de ce détail…

Le problème reste donc entier. Pourquoi Benjamin Ferret ne dit-il pas la vérité ?

A savoir que le contrat entre la FFS et Wavelandes repose sur du vent; que le président Arrasus affirme dans le documentaire « riding zone » de France O que ce concept est déjà dépassé, que Linkcity, le titulaire du permis de construire, reconnaît qu’un tel projet n’est pas rentable sans de grosses infrastructures autour, que ni la communauté de communes ni le département n’ont officialisé leur prétendu soutien, que l’ARS s’insurge en coulisse qu’aucun suivi de la qualité de l’eau de leur part ne soit nécessaire, etc…
Que ni le maire de Castets ni Wavelandes ne communiquent ni ne répondent aux interviews depuis 6 mois, tous les journalistes locaux ou nationaux ayant écrit un sujet sur la question peuvent en témoigner. La raison en est simple : il n’y a rien à en dire; le projet n’avance pas. Sud-Ouest avait annoncé le début des travaux en janvier, puis en avril, sans jamais démentir ou donner de raisons.

Au lieu de cette réalité, le journal Sud-Ouest, se substituant au porteur de projet, va-t-il nous annoncer les potentiels investisseurs les uns après les autres ? S’agissant de Julien Blanc, héritier de Philippe, ancien directeur de la DRT ayant émigré en Suisse pour cause de fiscalité, on est très touché par la déclaration d’intention. Ceci pour nous rappeler qu’on n’a pas trouvé en France de meilleur endroit pour une vague artificielle que face à une usine classée « seveso », à deux pas de la mer…

Tout ceci n’est qu’une grande opération de marketing à laquelle Sud-Ouest prête son concours en relayant les infos distillées en coulisses par la chargée de com et ex-directrice d’agence de Sud-Ouest. Le maire de Castets reconnaît lui-même avoir été pris en otage par toute cette communication. Monsieur Mouhel, lors d’une conversation en la mairie de Castets, nous confiait en mars dernier : « Ce projet ne se fera pas. Si vous avez un vrai projet d’avenir, un projet tourné vers la transition écologique, un projet d’agroforesterie ou de maraîchage, le terrain est à vous, rien n’est figé. » Avis aux amateurs !

Voilà ce que Sud-Ouest ne vous dit pas.
Alors, Sud-Ouest serait-il « devenu » une agence de com ?

Rappelons que parmi les très récents directeurs d’agence Sud-Ouest landais, l’un est responsable de la com à la mairie de Dax, l’autre au Conseil Départemental.

Les Amis de la Terre – Landes, SEPANSO – Landes, nouTous, Collectif des surfeurs landais, Collectif Surfeurs du Born, Collectif Landes Urgence Climat et Environnement
Share Button
Tagués avec : , , , ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, communique de presse, newsletter, Quelles Landes Demain, Vague artificielle

Golf de tosse : Aux frontières de la bêtise !

Et maintenant le jury citoyen !

Depuis 3 ans, la population réclame un référendum; le porteur de projet a refusé sachant pertinemment qu’il allait le perdre. Tout le monde sait ça. Malgré 3 ans de manipulation d’opinion, d’une mascarade de dialogue territorial organisé à grand frais d’argent public, rien n’a changé : la population landaise ne veut pas de ce projet.

Les investisseurs eux-mêmes ne semblent pas prêts à affronter la volonté du peuple landais, ni à sacrifier des sites naturels classés.

Alors que faire lorsque le peuple est définitivement trop bête pour comprendre les fulgurances de visionnaires incarnés aujourd’hui par Monsieur Fortinon ?

Berthold Brecht préconisait dans de tels cas de dissoudre le peuple pour en élire un autre.

Toujours bien conseillés, nos élus ont eu une bien meilleure idée : Organiser leur propre jugement.

les motifs retenus sont :

- tentative de destruction d’espaces naturels protégés
- mensonges
- gaspillage d’argent public
- destruction et dévoiement des outils démocratiques
- manipulation d’opinion.

Le procès est attendu avec impatience par toute la Landifornie !
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Aménagement, communique de presse, Golf de Tosse, Politique

Monsanto et les abeilles – Épisode 3

Épisode 3 : C’est la rentrée !

Résumé des épisodes précédents :

Les abeilles de Laurent meurent subitement. Il suspecte le champ de son voisin géré par Monsanto où sont réalisées des cultures expérimentales sous haute surveillance. Le directeur de Monsanto affirme que ces cultures sont légales et déclarées à la préfecture. Laurent saisit le préfet, pas de réponse. Laurent est interpellé par un fonctionnaire des renseignements territoriaux et apprend qu’une enquête est menée à son sujet. Fort de l’avis favorable de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), autorité administrative indépendante chargée de veiller à la liberté d’accès aux documents administratifs, il renvoie cependant un courrier recommandé à la préfecture. Entre temps, une réunion a été organisée en présence d’élus, de journalistes et d’associations environnementales, pour demander des explications à Monsanto.

La position officielle de Monsanto :

Dans un courrier daté du 05 juillet 2019, le directeur de Monsanto réaffirme qu’il n’y aucun lien entre la mort des abeilles et les travaux effectués sur la parcelle de maïs incriminée. Selon Monsanto, toutes ces cultures expérimentales sont conventionnelles et déclarées en préfecture – même si le secret industriel les empêche d’en dire plus (!) – et seront reconduites puisqu’elles sont légales et ne présentent aucun danger. Il existerait environ 45 sites d’expériences similaires dans les Landes.
« En tant que fournisseurs de produits de protection des cultures et de semences engagé depuis plus de 25 ans pour la protection des abeilles domestiques et sauvages, nous cherchons à favoriser un dialogue ouvert avec les apiculteurs et agriculteurs, et espérons qu’un dialogue constructif pourra s’établir entre vous et votre voisin agriculteur, dans le respect de chacun » conclut Laurent Deroo, directeur du site de Peyrehorade…

Que s’est-il passé depuis ?

L’exact contraire de ce qu’a annoncé Monsanto :
  • La culture expérimentale « tout à fait légale » n’a pas été reconduite.
  • L’agriculteur affirme avoir perdu 2000 euros suite à l’exigence de Monsanto d’installer une bande d’orge.
  • L’itinéraire technique envoyé par Monsanto pour présenter le dispositif des traitements effectué depuis 3 ans n’est pas le document attendu, à savoir les cahiers de traçabilité des produits utilisés dans cette parcelle par l’exploitant lui-même, mais un simple document général qu’il s’agirait de croire sur parole.
  • Trois ruches, dans un champ expérimental similaire à quelques encablures, sont mortes dans les mêmes conditions; l’apiculteur propriétaire des ruches ne souhaite pas pour l’instant communiquer.
  • Une lettre ouverte cosignée par plusieurs associations et collectifs a été envoyée à la préfecture des Landes ainsi qu’au ministère de l’intérieur pour demander la raison pour laquelle, en guise de réponse à une question parfaitement légitime, la préfecture déclenche une enquête du services des renseignements.
  • Laurent Guiet, conformément à ce que prévoit la loi, a demandé d’avoir accès à son dossier.
  • Toujours pas de réponse de la préfecture concernant les déclarations des cultures expérimentales. La non réponse de la préfecture malgré l’avis favorable de la CADA peut être considérée comme une décision implicite de refus de communication et attaquée devant le Tribunal Administratif afin de demander : 1) l’annulation de la décision de refus née du silence gardé depuis la demande faite à la Préfecture ; 2) une injonction au préfet de communiquer cette pièce..
Conclusions :

La déclaration d’intention de Monsanto d’agir en toute transparence et de volonté de dialogue n’est assortie d’aucun fait réel. La préfecture des Landes, pour des raisons inconnues, ne semble pas en mesure de présenter les déclarations que Monsanto affirme exister. Cela sous entend qu’il peut exister un nombre important de sites expérimentaux, prétendument classés secret industriel, dont on ne sait rien, et où sont pratiqués des modes de culture portant atteinte à l’équilibre naturel et aux abeilles en particulier. Monsanto a refusé d’accéder à notre demande de connaître la liste de ces sites de culture.
Les cas de morts subites de colonies d’abeilles domestiques ou sauvages dues à des traitements sont légions dans les Landes, bien que peu d’apiculteurs, amateurs ou professionnels, osent parler.

Sauf révélations contraires, tout semble donc indiquer qu’il existe une volonté tant de la part de Monsanto que de celle des représentant de l’État, de cultiver une opacité autour des pratiques de la firme, et d’entraver voire de culpabiliser les initiatives de citoyens désireux de recevoir des informations légitimes.

Récré : La vidéo de l’intervention nouTous au contre sommet G7.
Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans communique de presse, Lettre ouverte, newsletter, Politique, Protection de la nature

nouTous au contre-sommet G7 le 23 août 2019

Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Débat public, Événements, nouTous, Protection de la nature, Vidéo

La Dalha : prochain chantier participatif

Le prochain chantier participatif aura lieu ce dimanche 8 septembre à partir de 9h sur le terrain de la Dalha.

La Dalha
Comme pour le dernier chantier, nous vous proposons d’organiser la journée en plusieurs groupes de travaux en se répartissant les tâches suivantes :
  • - Faucher à la dalha le petit terrain du bas ;
  • - Préparer le paillage pour les futurs fruitiers ;
  • - Commencer la mise en fonction de la pompe et du forage, envisager l’irrigation ;
  • - Réfléchir à la clôture du terrain.
Le midi, casse-croûte partagé.

A dimanche !
Les Dalhaires
Share Button
Tagués avec : ,
Publié dans chantier participatif, Collectifs et associations landaises, La Dalha, Quelles Landes Demain

Contre Sommet G7

Les organisateurs nous ont invité à parler de nos luttes environnementales lors d’une conférence le vendredi 23 août Ficoba salle 1 Hendaye de 15H00 à 17H00. Venez nombreux !
Tout le programme sur : alternativesg7.org
Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans nouTous, Politique, Protection de la nature

Monsanto et les abeilles

Saison 2019

Résumé du premier épisode :

Laurent, apiculteur amateur, 58 ans se passionne pour ses abeilles. Il connaît son affaire, et a même été agent sanitaire apicole rattaché à la préfecture des Landes. En 2016, toutes ses abeilles meurent brutalement; depuis, impossible de réactiver son rucher malgré l’achat de nouveaux essaims. Laurent fait le lien directement avec le changement de pratiques opérées sur le champ qui borde sa maison. Un grillage, du barbelé (les sangliers castésiens sautent-ils si haut ?), des visites très fréquentes de techniciens de Monsanto, des épandages de pesticides (qui obligent à rentrer dans la maison pour éviter les vents porteurs), des récoltes à la main de certains rangs avec des protections (gants, lunettes)… Laurent arrête le tracteur de l’exploitant agricole pour en savoir plus mais celui-ci lui affirme qu’il ne sait pas ce qu’il sème dans son champ… Laurent décide d’en savoir plus. Il questionne la préfecture, la mairie, obtient un rendez-vous avec le directeur de Monsanto qui lui tient des propos qui se veulent rassurant mais qui restent évasifs et lui propose une entrevue sur place pour « trouver une solution ». Pour accueillir une ingénieure et deux techniciens de Monsanto, Laurent et Sylvie, avec l’aide du journal Landemains, organisent une petite réception : Jean Pierre Lesbats, vice président de la SEPANSO, Manuel Martins du collectif « Nous voulons des coquelicots », Laurence Motoman, Conseillère Régionale EELV, Christian Berdot, spécialiste des questions OGM aux Amis de la Terre France, une équipe de journalistes du Sud-Ouest, ainsi que Didier Tousis du collectif nouTous, votre serviteur, sommes là pour boire le thé et grignoter quelques sablés.

Lors de cette rencontre au sommet, le journal Sud-Ouest en a témoigné, les techniciens de Monsanto, au nom de leur direction, s’étaient engagés à fournir à Laurent l’apiculteur les protocoles des traitements effectués sur le champ jouxtant le rucher, depuis 3 ans, date à laquelle ses abeilles étaient subitement mortes ou périclitaient.
Selon madame Ladevèze, ingénieure et « spécialiste » des abeilles chez Bayer, rien ne peut prouver que ces morts subites soient dues aux cultures ou pulvérisations de produits phytosanitaires sur le champ. Puisque Monsanto travaille en toute transparence, elle ne voyait donc aucune raison de modifier ni les pratiques, ni les cultures.
 
Deux mois après cette entrevue, que s’est-il passé ? 

  • Contrairement à l’annonce faire par Monsanto, la culture sur le champ a changé. Plus de culture expérimentale de maïs de semence « secret industriel », mais du maïs banal (?). Une jachère de 30 mètres le long de la clôture. Pourtant la précédente culture de sélection de semence traditionnelle ne présentait selon le semencier aucun problème environnemental particulier et était un enjeu majeur pour l’entreprise.
  • Laurent peine toujours à obtenir de la Préfecture des Landes le document qui explique la nature de la culture expérimentale effectuée sur ce champ. La Commission d’Accès aux Documents Administratifs a été saisie et a donné un avis favorable. Reste maintenant à exiger de la Préfecture le document. Plus de six mois pour obtenir un document public, s’il existe, voilà de quoi éveiller quelques soupçons…
  • Les protocoles de traitement de la parcelle n’ont bien sûr pas été transmis…
Malgré l’apparente bonne volonté des personnes venues représenter l’entreprise Monsanto-Bayer, il s’avère qu’ils ont menti éhontément à l’aimable assistance et fait le contraire de ce à quoi ils s’étaient engagés. Bien sûr, il n’y a rien à conclure, ce n’est que le début de l’histoire. Mais l’article publié par Sud-Ouest a déjà suscité un peu d’émoi. Des personnes, voulant rester anonymes pour l’instant ont témoigné de leurs histoires douloureuses. Les apiculteurs des Landes, malgré les combats de saisons antérieures et les procès qu’ils ont intenté, continuent de perdre régulièrement des ruches par dizaines suites aux épandages dans les champs et dans les forêts. Il ne leur reste alors que les yeux pour pleurer.

Dernier rebondissement, le service des Renseignements Généraux souhaite entendre Laurent au sujet de « son procès contre Monsanto ». Un procès, quel procès ? Certes Laurent avait déposé plainte contre X lors de la mort de ses abeilles, mais pas de plainte contre Monsanto. Bévue ? Boulette ? Abus de langage ? Abus de pouvoir ? Le policier affirme avoir suivi l’affaire par voie de presse.

à suivre… 
Share Button
Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, communique de presse, Économie

Vague artificielle : lettre ouverte aux élus landais

Lettre ouverte et communiqué de presse du 3 juillet 2019

Vague artificielle de Castets
Un choix historique pour les Landes, pour le meilleur et pour le pire.

Nous, organisations, collectifs et associations environnementales landaises, sommes obligés d’applaudir et saluer de concert la réalisation prochaine de la vague artificielle de Castets, puisqu’il s’avère en effet que ce projet semble réunir toutes les forces politiques landaises dans leur diversité, faisant ainsi l’unanimité dans le coeur de la majorité de la population.

Dans un contexte où le CIO rejette les vagues artificielles des futurs Jeux Olympiques pour des raisons d’exemplarité environnementale, où une forte opposition à la vague artificielle bretonne voit s’implanter une ZAD dans le bocage nantais, voici donc une occasion inespérée pour Castets ! Avec un tel équipement, les Landes peuvent devenir un nouveau rendez-vous du surf mondial et/ou la risée de la France et de l’Europe entière. L’avenir seul nous le dira. Dans les deux cas, la commune de Castets et les Landes auront à n’en pas douter une réputation internationale…

Implanter la baleine bleue landaise de Pouydesseaux sur le parc apporterait à n’en pas douter une plus-value à la structure. Cela sensibiliserait les jeunes générations à la protection de la planète et indiquerait à tous la voie à suivre, vers une politique capitaliste ambitieuse et une croissance éco-responsable.

Il nous faudra donc dorénavant faire entièrement confiance à l’armada de structures et institutions en faveur de la « transition écologique » de tous les partis, à la prise de conscience écologique généralisée, aux travaux acharnés des bureaux d’études et des administrations pour rendre de tels projets « éco-responsables », selon le jargon du greenwashing à la mode. En bref, à tous ceux qui voudraient tellement nous convaincre que ce projet serait magnifique pour la région, pour l’emploi, pour les surfeurs, pour les oiseaux, pour les comptes en banque des investisseurs et fonds de pensions impliqués. Et non pas le fiasco financier, écologique et sociétal qu’il serait encore bien davantage…

Si elle est un succès, cette vague artificielle, parfaitement matée par ordinateur, symbole de technologie et de modernité lié au respect de l’environnement, éclairera comme un phare les initiatives landaises en faveur de la transition écologique. Elle illustrera certes par la même occasion l’aveuglement crasse de businessmen sans scrupules et de politiques irresponsables face à l’effondrement de notre planète. Mais qu’importe ! Comme le nuage de Tchernobyl en son temps, le réchauffement climatique, qui tue le sacro-saint business, ne passera pas par Castets… Promis juré !

Monsieur Mouhel, Monsieur Fortinon, Monsieur Napias ont rendez-vous avec l’Histoire. En véritables visionnaires, ils ne doivent pas céder par faiblesse, comme leurs prédécesseurs Messieurs Emmanuelli et Kerrouche pour la vague de St Geours, à des écolos empêcheurs de bavures économiques et civilisationnelles, mais plutôt donner leur entière confiance aux bienfaiteurs de l’humanité en marche : les bétonneurs de Bouygues et autres marchands d’hélicoptères.

Nous laissons la population landaise maîtresse et souveraine de ses choix et de ses décisions. Les temps réclament la responsabilisation de tous.

Vive les grandes bassines en plastique remplies d’eau nauséabonde et de surfeurs d’élevage au bord de l’autoroute !
Vive la société Wavelandes qui se remplira (nous le lui souhaitons) les poches avec ce superbe projet !
Vive les hommes politiques « écoresponsables » !
Vive les Landes !

Les Amis de la Terre – Landes, SEPANSO – Landes, nouTous, Collectif des surfeurs landais, Collectif Surfeurs du Born, Collectif Landes Urgence Climat et Environnement

Voir la vidéo : « les Landes sont ma nature »
et les 500 premiers signataires du manifeste « les Landes sont ma nature »
Share Button
Tagués avec : ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, communique de presse, Politique, Protection du territoire, Vague artificielle

L’acte à la parole

Il arrivera un jour où il ne sera plus possible de rien dire, où plus rien ne sera intelligible, dans le brouhaha du sauve-qui-peut général, signal de plus en plus évident de la petite fascisation rampante qui nous enferme dans un quotidien paradoxal. On exagère, vous croyez ? Hier la transition écologique était une utopie, aujourd’hui elle est le quotidien du verbiage politique. Qu’est-ce qui a changé ? Rien ! Seulement les mots !
Le théâtre politique ressemble à la foire à l’andouille, c’est la grande braderie, tout doit disparaître. Pour survivre, les consciences, comme chez GIFI, s’achèteront pour trois fois rien.
Notre journal, nos actions militantes de protection de la nature, ne seront pas épargnées par la confusion générale. Elles ne sont et seront rien si elles ne prennent pas corps dans des constructions collectives nouvelles, si ces paroles ne s’inscrivent pas en actes, si elles ne s’enracinent pas dans le palpable et le concret.
Un verger conservatoire de 2ha, 500 arbres fruitiers plantés et gérés collectivement en parfaite autonomie par des citoyens, sans un centime d’aide ou de fonds publics, à vocation d’écolieu militant et indépendant, voilà l’actualité à vivre. 40 personnes sont déjà réunies autour du projet, environ 2000 € (de quoi planter une centaine d’arbres à l’automne) ont déjà été amassés. Rejoignez les planteurs d’arbres fruitiers volontaires du sud landes. Devenez dalhaires.

0 phytos, 0 intrants, 0 moteurs, 0 subventions

100% autonome, 100% nature.

Adhérez en ligne : via notre formulaire d’adhesion chez helloasso

Faites un don libre : via notre page « crowdfunding » chez helloasso

Merci d’être encore et toujours là !

Bonnes vacances

L’été sur les plages, lisez Landemains, en vente chez les marchands de journaux et téléchargeable ici.
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, La Dalha, Landemains, newsletter, Quelles Landes Demain

Contre le braconnage du saumon de l’Adour.

Manif Jeudi 30 mai 14h00 Anglet, parking de la patinoire

Voici l’appel d’un collectif d’associations de pêcheurs et d’associations environnementales relayé par la fédération SEPANSO.
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, Protection de la nature

Plantons des arbres de résistance !

Les temps que nous vivons sont d’une extrême confusion. Malgré toutes les institutions, les outils administratifs, les déclarations d’intention, la nov langue de bois du greenwashing généralisé, jamais la vie sur terre n’a été aussi en danger. Et ça se passe aussi à côté de chez nous : attaques à la loi Littoral, destruction des arrières dunes, attaques contre les sites classés et remarquables (lac d’Hossegor , étang blanc), disparition des insectes, des abeilles, pollution des eaux, des sols, disparition des poissons, surexploitation de la forêt, privatisation de l’espace, bétonnage de la côte, etc… La prise de conscience n’est qu’apparente, puisque rien ne change. Au contraire, les tensions s’accentuent. On sent bien que les annonces de fin du monde, le « de toute manière tout est foutu », peuvent être une voie où s’engouffreront tous les aménageurs et profiteurs d’un système qui ne peut se réformer de lui-même, chacun le sait. Les destructeurs de la nature n’ont pas disparu, ils changent seulement de discours et de pratiques; ils s’adaptent.

Oui, la nature dans les Landes est attaquée, oui notre patrimoine doit être défendu, oui nous devons imposer une vision d’avenir dont l’exigence première est la défense de notre patrimoine vivant et culturel pour la suite aimable du monde.
C’est ce que dit clairement le manifeste, c’est ce que montre le film, c’est le combat des associations et collectifs qui travaillent sur le terrain à la défense réelle et concrète de notre patrimoine naturel en danger, ici plus que partout ailleurs.

Pour témoigner concrètement de cette réalité, nous proposons de planter des arbres de résistance en participant à la création d’un verger participatif et indépendant sur un site privé.
   Vous pouvez parrainer un arbre et/ou participer activement à la réalisation de ce verger.

Chaque parrain devient de fait adhérent de l’association « La Dalha » et est chaleureusement invité à participer aux travaux communs et récoltes futures.

Pour parrainer un arbre, téléchargez et renvoyez le bulletin d’adhésion ou

Adhérez en ligne : via le formulaire d’adhesion chez helloasso

Pour tout ce qui concerne les frais de fonctionnement et frais annexes liés au verger (bail, clôture, terreau, matériel d’irrigation, outils, etc.)

Faire un don libre : via notre page « crowdfunding » chez helloasso


Merci de votre soutien et de votre engagement,

Renseignements sur www.ladalha.fr
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, La Dalha, Les Landes sont ma nature, newsletter, Protection de la nature

Lac d’Hossegor : l’heure du constat

Nous nous portons totalement solidaires du constat dressé par la SEPANSO dans son communiqué.

Communiqué de pressede la SEPANSO du 9 mais 2019

Télécharger le communiqué en format PDF
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, lac d'Hossegor, Protection de la nature
Abonnez-vous au flux →

Landemains 7-Printemps-Ete 2019 online - nouTous Liste de points de vente et dépôts ⬇︎
LANDEMAINS est disponible chez TOUS (!) les détaillants presse des Landes ainsi que chez vos dépositaires habituels suivants :

  • Capbreton, Cap Yoga
  • Cauneille, Boulangerie bio
  • Léon, L'Atelier, restauration associative
  • Messanges, épicerie "Chez Lafaurie"
  • Mézos, Le Hangar
  • Montfort-en-Chalosse, Le Chapeau Rouge
  • Rions-des-Landes, Ecolieu Jeanot
  • Saubion, bouquiniste "Sur un livre perché"
  • Saubion, Terre à Delices
  • Seignosse, Restaurant "les Roseaux"
  • St Jean de Marsacq, Jardins de Castelnau Maraîcher bio
  • St Paul-en-Born, La gare de l'art
  • St Paul lès Dax, Magasin Biotinel
  • Vieux-Boucau, Inti Wasi, Épicerie Bio
Page spéciale : Golf de Tosse
Tout sur le Golf de Tosse

Auchan Atlantisud abandonné


 nouTous - Vague artificielle - Saint-Geours-de-Maremne -Brice de St. Geours
 nouTous - Golf de Tosse - Gardons les pieds sur terre
 nouTous - Golf de Tosse - 1 seul trou: FINANCIER

nouTous sur facebook

5 heures

nouTous

Audrey Ludwig, ancienne directrice départementale Sud-Ouest et chargée de com Wavelandes, Ducros père et fils, porteurs du projet Wavelandes, et Pierre-Emmanuel Davant, actuel directeur départemental Sud Ouest....

Père, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !...
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

4 jours

nouTous

Censure facebook
la plupart de nos articles ont été supprimés !
Pour voir le dernier, allez sur notre site :
"Sud - Ouest est-il (devenu) une agence de com ?"
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook
 nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Tweets @NouTous40
nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Nos Archives
  • 2019 (27)
  • 2018 (30)
  • 2017 (43)
  • 2016 (59)
  • 2015 (59)
  • 2014 (53)
STOP TAFTA
110 Communes landaises hors TAFTA et CETA
Amou, Arengosse, Argelos, Arjuzanx, Arsague, Arue Audon Aureilhan, Azur, Bastennes, Belhade, Benquet, Beylongue, Biarrotte, Biaudos, Bordères et Lamensan, Bostens, Bougue, Brassempouy, Cachen, Callen, Campet et Lamolère, Capbreton, Carcarès-Ste-Croix, Carcen Ponson, Cassen, Castelnau Chalosse, Cauna, Cauneille, Commensacq, Dax, Doazit, Escourse, Estibeaux, Gaas, Gaillères, Gamarde-les-Bains, Garein, Garrosse, Gaujacq, Goos, Habas, Hastingues, Hauriet, Haut-Maco, Josse, Laluque, Labatut, Labouheyre, Lamothe, Lencouacq, Le Sen, Lesperon, Lourquen, Luxey, Magescq, Mano, Mauries, Maylis, Mées, Messanges, Misson, Moliets-et-Maa, Momuy, Montfort-en-Chalosse, Montsoué, Morcenx Mouscardès, Mugron, Narrosse, Nassiet, Nerbis, Oeyregave, Orthevielle, Orx, Ossages, Pey, Peyrehorade, Pissos, Pomarez, Pontenx-les-Forges, Port-de-Lanne, Préchacq-les-Bains, Rion-des-Landes, Rivière-Saas-et-Gourby, Sabres, Saint.-André-de-Seignanx Saint Barthélémy, Saint-Jean-de-Marsacq, Saint-Laurent-de-Gosse, Saint Lon les Mines, Saint-Martin-de-Hinx, Sain.-Martin-de-Seignanx, Saint-Pierre-du-Mont, Saint-Vincent-de-Paul, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Saint-Yaguen, Saubion, Saubrigues, Solferino, Soustons, Sorde-l'Abbaye, Sort-en-Chalosse, Tarnos, Tilh, Tosse, Toulouzette, Villenave, Villeneuve-de-Marsan, Ychoux
et 9 Communautés de communes : Maremne-Adour-Côte-Sud, Coteaux et Vallées des LUYS, Pays de Mugron, Pays de Morcenx,Communauté du Seignanx, Communauté d'agglomération du Grand Dax, Communauté du Pays d'Ortie, Communauté de communes de Pouillon, Communauté de communes de Montfort



Panneau : Commune hors Tafta
TTIP/TAFTA et ses investisseurs tout puissants expliqués en moins de 4 min
Vu entre Soustons et Tosse

Non au Gol de Tossef

 Golf=erreur

ICI ZAD

Zone à defendre

KIBAM -  Les événements et manifestations des groupes actifs landais