Quelles Landes demain ?

Parce que nous vivons dans un pays rural et touristique, l’environnement est chez nous au centre de tout. Agriculture, sylviculture, tourisme, surf, pêche, chasse, loisirs, qualité de vie, toutes les industries et activités lui sont liées. Nous lui devons également la forte croissance de la population et l’attrait touristique de notre région.

Dès lors, objet de convoitises et de spéculations, il devient l’enjeu majeur des politiques locales.

Nous avons donné la preuve aux plus fatalistes, lors du récent épisode du « saumoduc » qu’une poignée de citoyens motivés, relayant la pensée d’une population, détermine la position de ses élus. Parce que c’est leur unique et grande mission que de représenter la volonté citoyenne lorsqu’elle s’exprime.
Il s’agissait alors de protéger notre environnement contre un projet industriel destructeur. Il s’agit toujours de cela aujourd’hui.
www.nouTous.fr - Notre plus grande richesse ... la nature

Dans le contexte durable de crise économique, sociale et écologique nous avons nous, citoyens landais, à défendre notre territoire et nos droits contre des projets d’aménagement que nous n’avons pas choisis; le complexe golfique international et la vague artificielle en sont les symboles criants.

Le projet de vague artificielle est officiellement abandonné !
Une première victoire qui nous donne raison.

LE DEBAT: QUELLES TRAJECTOIRES?

Les élus et techniciens du pays Landes Adour Océane, en collaboration avec l’europe et le conseil régional d’aquitaine, ont engagé un programme de développement de tourisme durable, celui qui est entre les mains des acteurs locaux, de la population, celui qui se souvient que nous vivons dans un pays rural et agricole.
Le département est déclaré en transition climatique et énergétique.
Les élus de la MACS ont engagé le territoire dans un programme de transition énergétique TEPOS (Territoire à Energie POSitive) en cohérence avec la politique nationale de Transition Energétique.
Nous nous félicitons de ces initiatives et sommes prêts à les accompagner dans ces démarches et à mettre à leur service nos compétences de médiation pour mobiliser les initiatives citoyennes.

Pour recueillir l’adhésion de la population et être efficaces, ces programmes exigent cependant la cohérence et l’exemplarité des collectivités territoriales et des pouvoirs publics… Or le projet de complexe golfique de Tosse, tout comme celui de complexe à vague artificielle de St Geours sont incompatibles avec ces ambitions, ils s’y opposent.

Le choix de la trajectoire de notre territoire ne doit-il pas revenir avant tout aux citoyens?

Il n’y a pas de fatalité en démocratie, il n’y a que des choix citoyens; celui qui se présente à nous est un choix grave. Tourisme durable ou tourisme de conquête, bétonnage ou préservation du territoire, cohésion sociale ou exacerbation des tensions et des inégalités.

Sommes nous prêts à dépenser 100 Millions d’euros d’argent public dans des projets qui suspendent notre environnement, notre économie, l’emploi des landais à la venue hypothétique de quelques golfeurs et surfeurs de plus,
OU décidons-nous ensemble de reconstruire un tissus social et économique durable, à rebâtir une nouvelle ruralité dynamique dans ce qu’elle a d’éthique, de social et de raisonné ?

Est-ce que l’aide aux structures existantes, aux clubs, aux acteurs de terrain, à tous ceux qui remplissent un rôle social, culturel et éducatif, l’aménagement et l’accompagnement de tout un réseau, l’amélioration de l’accueil touristique par l’humain, le soutien à la création, la culture de l’environnement, du paysage, du patrimoine, de l’identité, ne seraient pas plus bénéfiques pour tous, y compris pour la pérennisation des emplois futurs de la filière du tourisme dans son ensemble ?
N’est-ce pas plutôt cela la société de demain ?

LA PETITION

Les choix que l’on nous imposent sont-ils les bons ?
Y’a-t-il un problème de golf dans les Landes ?
Y’a-t-il un problème de vague ?
Le débat que nous proposons doit permettre de se forger un avis.
Il y a un choix à faire. Un choix concret, pas une utopie.

Quoique vous pensiez des pétitions, signer la pétition reste un vrai moyen de vous exprimer contre le projet de golf et de vague artificielle mais surtout pour redonner la parole aux citoyens.
Qu’es atau.
Merci de votre soutien!

Les landes, la nature, la démocratie, la vie, c’est nous. Noutous !

Je signe la pétition !
Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans Aménagement, nouTous, Pourquoi ce site, Protection du territoire, Tourisme

100 communes Landaises Hors TAFTA

Venez fêter les 100 communes landaises Hors TAFTA avec les membres du collectif et les élus landais lors d’un grand repas ouvert à tous à Montfort-en-Chalosse, le samedi 22 octobre. Vous trouverez en bas le programme de la journée ainsi que le bulletin d’inscription pour le repas à retourner accompagné de votre règlement.
Réservez dès maintenant !

100 Communes hors TAFTA&CETA

Entré libre !
Si vous souhaitez participer au repas:
Menu Bio (apéritif/spectacle compris): 15,00 euros
Crème aux légumes de saison – poulet yassa/riz – crumble aux fruits de saison
possibilité de menu végétarien
Le menu est confectionné par l’association B.L.E.S (Bio Local Ecologique et Solidaire) de Montfort avec des produits locaux.

Télécharger le coupon d’inscription
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, Événements, stopTAFTA

15 ème Fête bio des Landes

Le collectif nouTous sera présent avec un stand info.


Voir aussi sur www.KIBAM.fr
Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, Événements, nouTous, Quelles Landes Demain

Ma commune Hors TAFTA & CETA, c’est pour quand ?

Alors que le collectif stoptafta40 s’apprête à fêter le cap des 100 communes Hors TAFTA & CETA, des panneaux ont fleuri un peu partout dans les landes pour réclamer les prises de position des conseils municipaux. Notamment pour des communes qui font partie de communautés de communes s’étant déjà déclarées hors Tafta !

7 communes hors TAFTA pour quand
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Collectifs et associations landaises, stopTAFTA

Bienvenue chez les fous !

C’est la rentrée !
Les vagues ont déferlé sur la côté et les surfeurs ont surfé, démentant la prophétie du grand chef sioux landais qui nous prédisait qu’il « y aurait des jours sans vague ». Le grand chef sioux doit être un peu gaga.
Les golfeurs ont joué au golf, rien à signaler de ce côté. Aucun manque de trou, aucune émeute, aucune file d’attente. Aucune réclamation d’émir ou de milliardaire russe.
Les familles ont profité des plages et des bancs de sable du lac d’Hossegor, ils ont couru après les mouettes. Le préfet, comme l’ont réclamé plus de 4700 pétitionnaires, n’a pas autorisé les dragages du lac, et attend de voir et de comprendre.

je suis matol Il faut dire que sitôt installé, ce bon Monsieur Périssat a été assailli par la horde des défenseurs de l’identité et de la culture landaise. Sous les sloggans délicieux de « je suis matole« , élus, sénateurs, conseillers départementaux, maires des landes de droite et de gauche, réunis par la fédération des chasseurs, de concert avec la FNSEA, le MODEF, sont venus réclamer le droit de continuer à chasser le pinson et l’ortolan, pour la simple raison que « ça fait partie de leur ADN »… Emmanuelli, Carrère, Montus, Bouyrie, Darrieussecq et consort, tous derrière CPNT !

Les mêmes qui militent pour la Californisation, le désenclavement, la LGV, le bétonnage de la côte, les vagues artificielles, les golfs à la place de la forêt et des terres agricoles…

Monsieur le Préfet, bienvenue chez les fous !

Ce qu’il faut sauver ici, tant qu’il est temps, c’est l’intelligence. C’est ce que s’efforce de faire « Landemains » avec ses petits moyens. Nous reviendrons sur cette affaire croquignolesque dans le prochain numéro. Les 3000 exemplaires du n°2 ont presque tous déjà disparus mais il reste encore des journaux chez nos courageux dépositaires. Courageux ? Oui, le dépositaire de la Maison de la Presse à Soustons a déjà subi des pressions et a retiré « Landemains » de son étalage. En période de grande bêtise, tout acte d’intelligence est un acte de courage. Nous remercions donc tous ceux qui distribuent gratuitement notre journal et vous invitons tous à fêter « Landemains » le 02 Octobre à Soustons au cours d’un repas/concert animé par le groupe « Buscavida« . L’occasion de se retrouver, de se rencontrer, de se connaître et de parler ensemble de l’avenir du journal. (Détails sur www.KIBAM.fr)
Il est toujours possible et souhaitable de nous faire parvenir vos contributions et propositions d’article. Nous vous rappelons que le financement repose uniquement sur les dons, aides et contributions.

Bonne rentrée à tous
Share Button
Tagués avec : , , , , , , , , ,
Publié dans Aménagement, Golf de Tosse, lac d'Hossegor, Landemains, LGV, newsletter, nouTous, Politique, Protection du territoire, Quelles Landes Demain, Vague artificielle

LGV : recours contre la déclaration d’utilité publique

Les Amis de la Terre ont déposé un recours devant le Conseil d’Etat contre la déclaration d’intérêt public du projet de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Nous avions déjà faire suivre leur demande de participation financière à cet effet.
Voir le Communiqué de presse.
Pour en savoir plus: GPSO et zones natura 2000 dans les Landes.
Share Button
Tagués avec : , , ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, LGV

Forum international de résistance aux « grands projets inutiles et imposés » de Bayonne

NouTous était présent au forum international des GPI2 pour trois jours de réflexion et d’échanges. Voir les articles Sud-Ouest et le Monde:

Le Monde

Sud-Ouest (l’original: http://www.sudouest.fr/2016/07/18/grand-forum-bien-utile-2437967-4018.php)
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Aménagement, LGV, nouTous, Protection du territoire

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet des Landes,

Suite à l’avis favorable délivré par Monsieur Doisne, commissaire enquêteur, concernant les dragages du lac d’Hossegor.

Monsieur le Préfet

« Ce que je vous dis trois fois est vrai » dit Lewis Carroll dès la première page de la Chasse au Snark.
Il ne nous appartient pas de connaître, mais seulement de constater et dénoncer, les raisons de « l’arrangement » qui existe entre les services administratifs et les responsables politiques, ni pourquoi le commissaire enquêteur se sent obligé de reprendre à son compte les mensonges sur lesquels reposent tout ce projet.

Monsieur Labatut, directeur du SIVOM, dans un élan de sincérité au cours d’un entretien l’été dernier au bord du lac, se confiait en ces termes. « Nous ne sommes pas dans une concertation… La décision a été prise politiquement et je ne peux qu’essayer de minimiser l’ampleur des dragages (ce qu’il a fait)… On a les politiques qu’on a… Ce n’est pas la fin du monde; dans dix ans, il faut l’espérer, la nature aura repris ses droits et restauré les dommages causés comme elle l’a fait en 92.« 

On comprend donc pourquoi il répète inlassablement, pour toute réponse aux contributions des associations et du public, les faux prétextes, les mensonges, les déclarations d’intentions, le flot des poncifs technocratiques qui président à ce projet dans l’espoir qu’ils se transforment en vérité.

  • « Ostréiculteurs : Nécessité à marée basse d’un tirant d’eau de 30 cm pour accéder aux parcs à l’aide de leur embarcation de type plate (faible tirant d’eau) ainsi qu’en tracteur; » (la phrase elle-même contient sa contradiction, creuser pour passer en barge et en tracteur ? les ostréiculteurs se rendent actuellement sans problème sur les parcs et l’aménagement ponctuel d’un passage n’a rien à voir avec le dragage proposé)
  • « Communes d’Hossegor, de Capbreton et de Seignosse : Amélioration du phénomène de chasse du lac (faux et prouvé), permettant ainsi une amélioration de la qualité des eaux du lac (faux et prouvé), en recréant un chenal d’accès entre le Sud et le Nord;« 
  • « Club Nautique : Besoin d’un tirant d’eau de 60 cm pour permettre la navigation des embarcations sur une plus grande surface de navigation à marée basse. » (Toutes les parties mises en eau sont colonisées par les algues invasives – l’ulve notamment qui prolifère à cause de l’eutrophisation des eaux du lac – qui interdisent et compromettent la navigation, la baignade, et la fréquentation du lac par les familles. Des études sur ce sujet sont entreprises par la faculté de Bordeaux. Un tiers environ de la surface dédiée à la navigation à marée basse suite aux dragages des années 70 est colonisée par ces algues)
Si Monsieur Doisne, commissaire enquêteur, avait levé le nez de ses dossiers dimanche dernier et s’était rendu au lac, il aurait constaté que les bateaux du club nautique naviguent sans problème comme depuis toujours, que les plages de sable étaient bondées, les restaurants pleins, les plongeurs ravis, que les mouettes mélanocéphales côtoient les enfants sur les bancs de sable, que les zostères colonisent les parties sableuses et que c’est à l’évidence l’absence de traumatisme depuis 18 ans qui garantit leur présence, bref que tout va bien du point de vue de la biodiversité sur ce lac – et donc économiquement, les pollutions constituant le seul grave et véritable problème. Les ostréiculteurs ne démentiront pas cela.
A partir de l’évidence d’un tel constat, demander une autorisation de destruction d’espèces protégées, détruire définitivement l’habitat des mouettes pour restaurer un état cible de 1992 qui fut la période la plus noire du lac, époque où il était déserté du public, envasé, est une absurdité sans nom. Tout ça au nom de la biodiversité ?

Il existe une solution toute simple et très peu coûteuse: considérer l’état actuel comme état cible, entretenir le niveau présent par des dragages doux qui n’entraîneront ni destruction, ni bouleversement du milieu. Mais il n’est pas permis de le dire.

Vous percevez dans ces propos l’indignation et la colère. Cette indignation naît également du mépris affiché par le Président du SIVOM et le Maire d’Hossegor à l’égard des intervenants de ces prétendues concertations, leur stipulant d’emblée qu’ils n’étaient pas là pour alimenter une réflexion ou construire un projet mais bien pour réaliser et agrémenter le projet décidé par le SIVOM. La réunion ubuesque durant laquelle les intervenants, DREAL, Biotope, les élus, les acteurs économiques, déterminés à obéir aux ordres de leur député et président, ont décidé, au risque de condamner les mouettes et l’avifaune, d’éradiquer les bancs de sables blonds pour les remplacer par des reposoirs en plastique est un traumatisme définitif à l’intelligence.

Ce que, à cause de ce climat détestable installé par quelques élus, vous ne pouvez entendre de la bouche des associations et des citoyens, des 4400 signataires de la pétition en 15 jours, peut-être l’entendrez-vous de celle de Monsieur Philippe Saint-Marc, premier président de la MIACA, et qui n’hésite pas, lui, à employer le mot proscrit de nature pour qualifier l’environnement exceptionnel des Landes que ce projet va contribuer à détruire. (Vidéo : http://www.littoral-aquitain.fr/interview-de-philippe-saint-marc-1er-président-de-la-miaca)

Merci de consacrer 8 minutes de votre temps précieux pour comprendre l’urgence qu’il y a à remettre la réalité de l’aménagement de notre territoire en accord avec l’idée humaniste qui a présidé à ces projets. La « Californisation » à l’oeuvre est un dévoiement complet de cette idée.

Philippe Saint-Marc, 1er Président de la MIACA… par littoral-aquitain

Le prétendu confort d’un club nautique vaut-il que l’on condamne l’habitat de mouettes protégées ? N’est-ce plutôt pas la présence de ces mouettes qui garantit la pérennité du club nautique ? Quel message passe une société qui se résout à détruire l’habitat historique et naturel de mouettes qu’elle a elle-même décidé de protéger pour satisfaire à une pression économique et électorale immédiate et non argumentée, qui prend le risque inconsidéré de remblayer avec du sable douteux et pollué une plage fréquentée par un public nombreux ?
Monsieur le Préfet, n’autorisez pas ces dragages coûteux, risqués et inutiles, ne permettez pas ces destructions insensées et injustifiées.

Restant à votre disposition, avec ma barque, pour vous aider à appréhender la réalité de ce lac telle qu’elle est, je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de mes plus respectueuses salutations.
Share Button
Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Aménagement, lac d'Hossegor, Pétitions, Protection du territoire

Vive les vacances… En lisant Landemains n°2

Voici venir une petite trêve militante. C’est peu dire que le bilan de cette année est positif:
Landemains 2 JUIN 2016
  • arrêt du projet de vague artificielle.
  • Enlisement du projet Golf de Tosse; la population est toujours hostile, pas un investisseur privé à l’horizon, difficultés économiques des golfs Resorts partout dans le monde, incompatibilité environnementale avec la proximité des étangs blancs et noirs classés natura 2000, passage de la compétence économique du département à la région…
  • Progression en flèche de toutes les courbes des visites, soutiens, sur le site et réseaux sociaux.
  • Participation active à la création de KIBAM, agenda partagé des associations landaises. www.kibam.fr
  • Près de 80 communes landaises hors TAFTA, 1er département de France, déclaration hors TAFTA de la région Aquitaine.
  • Près de 80 communes landaises hors TAFTA, 1er département de France, déclaration hors TAFTA de la région Aquitaine. www.grozozio.com
  • Réussite, malgré la pluie, du Grand Patac de Tosse qui en appelle d’autres.
  • Accueil plus que chaleureux du 1er journal landais d’opinion indépendant « Landemains ».
  • Parution du numéro 2 le 25 juin ! Demandez-le, commandez-le, retirez-le chez nos dépositaires (liste ici), lisez-le en ligne. Il est gratuit, il est à vous.
Un seul sujet mérite notre attention durant cet été: la sauvegarde de la biodiversité du lac d’Hossegor menacée par un projet de dragage. Encore une fois, la chose est très simple: les dragages proposés vont détruire les bancs de sable qui ont toujours existé et sont l’habitat historique et naturel de dizaines d’oiseaux marins et notamment de la mouette mélanocéphale, espèce menacée d’extinction. Les dragages massifs vont détruire les herbiers à zostères, espèces strictement protégées et biotope notamment des hippocampes, en voie de disparition eux-aussi, sans parler du déséquilibre écologique global que vont produire ces dragages pendant des années. Ce désastre environnemental à venir n’est pas inéluctable. D’autres possibilités de gestion du sable, beaucoup moins coûteuses, existent, notamment un dragage maîtrisé de 20 ou 30 000 m3 (10 fois moins que le projet présenté) tous les deux ou trois ans, afin de stabiliser le niveau de sable dans le lac tel qu’il est aujourd’hui.

Sauvez la biodiversité du Lac d’Hossegor; Participez à la pétition !

Bonnes vacances… et ouvrez l’oeil !
Share Button
Tagués avec : , , , , , ,
Publié dans Aménagement, Golf de Tosse, Grozozio, lac d'Hossegor, Landemains, newsletter, Protection du territoire

Cyberaction : Sauvons la biodiversité du lac d’Hossegor !

Lac d'Hossegor 1958 Les dragages massifs prévus en octobre 2016 vont détruire l’habitat de dizaines d’oiseaux marins, des mouettes mélanocéphales (espèce menacée d’extinction), les herbiers à zostères, biotope des hippocampes (strictement protégés) et créer un déséquilibre écologique global pendant des années… sans aucun avantage pour personne. Toutes les justifications avancées par le SIVOM, porteur du projet, sont fausses. Réagissons, c’est urgent !

Cette décision a été prise à la hâte par le président du SIVOM pour satisfaire à des engagements électoraux sans concertation avec les acteurs environnementaux. Contrairement à ce qui est dit, les bancs de sable comme le prouvent les photos de 1958 ont toujours existé dans le lac depuis son rattachement à la mer et constituent dès lors son biotope naturel, son poumon écologique et son moteur économique. La Société des Propriétaires de Soorts Hossegor, à l’origine de la prise de conscience des problèmes du lac, reconnaîssent à la lueur des données actuelles qu’ils se sont trompés sur le désensablement et militent contre ce projet destructeur. La SEPANSO, les Amis de la Terre ont prouvé, à l’appui des études de l’IFREMER, les risques sanitaires à transférer une partie de ces sables et vases pollués vers les plages de la Savane alors qu’ils devraient être considérés comme des déchets toxiques à traiter. Rappelons que le problème majeur du lac est bel et bien la pollution, ou plutôt les pollutions: bactériennes d’origine fécale, métaux lourds, HAP, TBT, eutrophisation de l’eau due aux excès de nitrates et prolifération de l’ulve, algue invasive.
Malgré les promesses, nous n’avons malheureusement rien à constater de probant de ce côté-là…


Cette cyberaction va envoyer un courrier électronique à :
lucien.giudicelli@landes.gouv.fr | nathalie.marthien@landes.gouv.fr | prefecture@landes.gouv.fr
Avec les éléments suivants :
Sujet : Dragages lac d’Hossegor
Message : Madame, Monsieur le Préfet des Landes

N’autorisez pas le projet de dragage proposé par le SIVOM.
Ces dragages massifs vont détruire les bancs de sable qui ont toujours existé et sont l’habitat historique et naturel de dizaines d’oiseaux marins et notamment de la mouette mélanocéphale, espèce menacée d’extinction. Les dragages prévus vont détruire les herbiers à zostères, espèces strictement protégées et biotope notamment des hippocampes, en voie de disparition eux-aussi, sans parler du déséquilibre écologique global que vont produire ces dragages pendant des années, les témoignages et rapports concordants suite aux dragages de 1992 nous le rappellent.
Le projet désigne le sable comme ennemi de la biodiversité alors que ce sont les dragages eux-mêmes qui la mettent en péril !!! Vous devez constater l’incohérence du raisonnement qui préside à ces graves décisions.

Ce désastre environnemental à venir n’est pourtant pas inéluctable. D’autres possibilités de gestion du sable, beaucoup moins coûteuses, existent. Par exemple un dragage doux et maîtrisé de 20 ou 30 000 m3 (10 fois moins que le projet présenté) tous les deux ou trois ans, afin de stabiliser le niveau de sable dans le lac tel qu’il est aujourd’hui et qui est le niveau cible des années 1970, époque où ce lac était un joyau.
Il est urgent d’arrêter ce processus qui ne se justifie plus que par l’entêtement du maître d’oeuvre à avoir raison contre la réalité. L’intérêt général et les éléments nouveaux mis à jours imposent de reconsidérer la gestion du sable dans ce lac de manière responsable et sereine, cet exemple venant prouver à tous que les intérêts économiques et patrimoniaux découlent directement des enjeux environnementaux – s’agissant d’un espace naturel classé – et non l’inverse.
Vous remerciant par avance pour votre clairvoyance,

les citoyens des Landes et d’ailleurs

PARTICIPEZ AU CYBERACTION


Share Button
Tagués avec : , , , ,
Publié dans Aménagement, Éco ou écolo, lac d'Hossegor, Pétitions, Protection du territoire

Lac d’Hossegor – Lettre ouverte à la DREAL

… copie aux membres de la « commission »

Madame, Monsieur

L’absence obstinée de réponse depuis bientôt un an aux légitimes questions des associations et la lecture de votre rapport ne laisse d’autre choix que d’envisager une collusion entre la direction de la DREAL et un projet présenté par le président du SIVOM, par ailleurs député des Landes.

Les abus de langage qui proposent la destruction effective d’espèces protégées et de leurs habitats pour « restaurer la biodiversité du lac » ne masqueront pas longtemps la réalité. Les zones de zostères marines et de zostères naines ont encore progressées, elles sont désormais présentes partout dans le lac, y compris dans les zones de dragage prévues. Leur présence, celle des hippocampes, témoignent au contraire de la restauration de la biodiversité du lac après une période de vingt ans sans traumatisme.

Cette scandaleuse communication mise à part, il vous reste donc à répondre précisemment aux questions:

Qui sont les acteurs économiques dont vous parlez ?
Le club nautique ? Expliquez-nous comment pratiquer la voile sur un chenal de 40 mètres de large.
Les ostréilculteurs ? Il se trouve qu’une barque passe partout autour des parcs à huîtres, il suffit d’aller sur le site pour le constater.

En engraissant les plages, on réduit la contenance du lac, donc le volume oscillant, donc l’effet de chasse.
En conservant de l’eau à marée basse, on favorise la progression de l’ulve qui a déjà envahi toute la partie nord, on a moins de renouvellement et donc une moins bonne qualité d’eau de baignade.

La réalité contredit 100 % des raisons qui justifient ce projet. (économique, écologique, qualité de l’eau, effet de chasse); or n’est-il pas nécessaire que les justifications d’un tel projet soient établies ?

Les études montrent que l’état actuel du lac est à très peu de choses près celui d’avant les dragages des années soixante dix. L’apport de sable annuel ayant comblé les dragages. L’expérience et les études montrent et prouvent que les dragages sont toujours des atteintes graves à l’équilibre écologique du lac, avec des répercussions économiques importantes comme en 92 où les plages vaseuses ont été désertées pendant 10 ans.

L’architecte des bâtiments de France ne peut ignorer que les bancs de sable, nommés historiquement avec des noms gascons, auxquels sont liées maintes histoires et légendes du lac, sont depuis 100 ans le patrimoine essentiel paysager du lac. Ils sont son poumon écologique, le terrain de jeux de prédilection des enfants, principaux utilisateurs du lac depuis toujours et donc au coeur du projet économique. Quelle peut être la raison de cet « oubli » sinon d’obéir à une décision politique incohérente en masquant une réalité que chacun peut constater et connaître.

Restaurer la biodiversité en construisant un îlot artificiel pour des mouettes dont on aura détruit l’habitat naturel et historique ? Franchement ! En cautionnant de telles absurdités, vous jetez le discrédit sur le travail et l’intégrité de tous les acteurs de la protection de l’environnement qui oeuvrent au sein des services de l’Etat.

Nous considérerons désormais toute non réponse précise de votre part sur les questions des justifications des dragages mentionnées dans le projet, comme un aveu. Vous avez le droit de continuer à passer outre nos demandes. Nous prendrons celui d’avertir et d’informer les populations.

Dans l’attente, veuillez agréer, Madame, Monsieur, nos plus respectueuses salutations.

Pour le collectif citoyen nouTous

Didier Tousis, porte parole


Voir le rapport de la DREAL (1).
Share Button
Tagués avec : , , , , ,
Publié dans lac d'Hossegor, Protection du territoire

Shopping Ondres, la fin de l’histoire ?

L’article de sud-ouest en témoigne, les GROZOZIOS sont donc des petits êtres sensibles… à leur portefeuille. L’usine à Shopping de Ondres n’est plus si certaine. C’est le moment de mettre la pression. Ecrivez à vos élus, exprimez votre opposition, faites savoir votre indignation, signez la pétition contre le Auchan de St Geours, ouvrez-en une contre les Allées Shopping. Boycott partout ! Sus aux Grozozios !
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Économie, Grozozio

Dialogue territorial Golf de Tosse: l’histoire sans fin

Le dialogue territorial réinvente l’histoire sans fin. Initialement prévue en décembre 2015, puis repoussée en janvier 2016, la fin du dialogue fut reportée en mai, puis en juin… Le leitmotiv de Monsieur Kerrouche étant: s’il n’y a pas d’investisseurs à la fin du dialogue, le problème est réglé: pas besoin de référendum, le projet est abandonné. Aujourd’hui le porteur, par un tour de passe passe, transforme la fin du dialogue en fin de la seconde phase du dialogue qui s’achève donc en juin, avant d’ouvrir sur une troisième ?… Ces prolongements à répétition témoignent-ils donc d’une vraie volonté de dialoguer sur l’opportunité de ce projet ou de l’absence d’investisseurs privés ?
Share Button
Tagués avec : , ,
Publié dans Aménagement, Économie, Golf de Tosse, Politique

Grandes Magouilles et Grand Patac

Médiapart a révélé le rififi qui se trame au sein de la Caisse des Dépôts et Consignations. En gros des tensions entre Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, Henri Emmanuelli, président de la commission de surveillance de la CDC, et Jean-René Lemas, son actuel directeur général à qui l’on reproche d’être atteint par la limite d’âge…

Pourquoi, se demande le journal, « François Hollande met-il tant de temps à mettre de l’ordre dans le grand bazar créé, pour d’obscures raisons, par son principal collaborateur et Henri Emmanuelli ?
C’est à l’évidence totalement incohérent. C’est en cela que cette affaire, pour dérisoire qu’elle soit, est lourde d’enseignements. Elle permet de mieux comprendre le sens de l’État et de l’intérêt général qui a cours actuellement à l’Élysée. Allez vous étonner ensuite que la France soit si mal en point…
En 2016, année du bicentenaire de la CDC, sa gouvernance repose sur un président de la commission de surveillance qui se maintient sans en présider les réunions et un directeur général qui ne sait pas s’il pourra accomplir son mandat jusqu’à son terme normal parce que le même président de la commission de surveillance, avec la complicité du secrétaire général de l’Élysée, pour des raisons personnelles, s’y oppose par tous les moyens. Voilà ce que l’histoire pourrait retenir de l’année du bicentenaire de cette grande institution placée au cœur du consensus républicain.
« 
Voir la source de Médiapart

Le projet golf de Tosse serait-il un enjeu de ce vaudeville?

Depuis, Jean-René Lemas, directeur général désormais reconduit malgré les manœuvres d’Henri Emmanuelli, a annoncé son intention de soutenir les projets publics et privés d’équipements touristiques qui répondent au cadre strict de la nouvelle carte territoriale et de la loi NOTRe… qui exige le transfert des compétences économiques du département vers la Région ! Une pigne de plus sur le fairway.

Voilà l’ancien monde.

Quant au nouveau, il avance petit à petit, inexorablement, de victoire en victoire. Bien sûr, s’il avait fait beau, il y aurait eu plus de monde au GRAND PATAC. Mais ces 200 ou 300 personnes réunies sous la pluie incarnent pour une occasion le sentiment enfoui, la volonté de tout un monde.
La Région Aquitaine qui compte parmi ses élus Mathias Fekl, en charge du TAFTA pour le gouvernement, vient de se déclarer « hors TAFTA ». Qui pense encore que ces prises de positions ne sont pas consécutives des actions citoyennes, qu’elles ne sont pas nos victoires, qu’elles n’incarnent pas un changement à venir ? Bien sûr, la malhonnêteté résiduelle et structurelle emmènera certains élus à vouloir faire passer le CETA, frère siamois canadien du TAFTA, par la porte de derrière, à l’abri du regard du peuple. Nous démasquerons cette supercherie. Le refus ne se fonde pas sur des détails, il est fondamental.
Chaque pas en avant est un pas de plus, sans retour, sur une voie nouvelle, vers un avenir à construire ensemble. Ceux qui l’ont entrevu, touché, compris, n’oublient pas. Des grands mots certes pour quelque chose d’incertain, de vague, d’impossible, comme tout avenir. Des rêves, un imaginaire, un idéal pour toute nécessité: ce qui a toujours fait avancer les hommes.

Les détails du Patac sont à retrouver en photos dans le prochain « Landemains » qui paraîtra fin juin.

Voir aussi article sud-ouest « le dialogue, ça ne se décrète pas »
Share Button
Tagués avec : , , , , , , , , , ,
Publié dans Aménagement, Collectifs et associations landaises, Dans les Medias, Golf de Tosse, newsletter
Abonnez-vous au flux →
Landemains 2 JUIN 2016 - nouTous ...ou le retirer aux dépôts suivants ⬇︎
  • Librairie Caractères, Mont-de-Marsan
  • Librairie Campus, Dax
  • Maison de la presse, Soustons
  • Sur un livre perché, Saubion
  • Librairie Elisa&co, St Vincent de Tyrosse
  • Tabac presse, Messanges
  • La Grange aux Pierres, Messanges
  • Tabac du bourg, Vieux Boucau
  • L'écume des mers, Mimizan
  • Magasin Biotinel, St Paul lès Dax
  • Ecolieu Jeanot, Rions-des-Landes
  • Le Chapeau Rouge, Montfort-en-Chalosse
  • Le Bric à Brac, Lesperon
  • Véganéthic, Capbreton
  • Biodiet - La Pause Bio, Capbreton
  • Magazin zinzin, Saubrigues
  • La gare de l'art, St Paul-en-Born
  • Cinéma de Contis
  • Boucherie Moulian, St Martin de Seignanx
  • Epicerie Le Tilleul, Biarrotte
  • Jardins de Castelnau, St Jean de Marsacq
  • Bio Léon
  • Tout Naturellement, Léon
  • Biocoop, St Vincent de Tyrosse
  • Tabac presse "chez Mailitia", Tarnos
  • Maison de la Presse, Sabres
  • Cinéma et Maison des Assos, Sabres
  • Maison de la Presse, Pontenx les Forges
  • Maison de la presse, Labouhèyre
  • Terre à Delices, Saubion
  • Cap Yoga, Capbreton
Page spéciale : Golf de Tosse
Tout sur le Golf de Tosse

Non à Auchan Atlantisud
 nouTous - Vague artificielle - Saint-Geours-de-Maremne -Brice de St. Geours
 nouTous - Golf de Tosse - Gardons les pieds sur terre
 nouTous - Golf de Tosse - 1 seul trou: FINANCIER

nouTous sur facebook

Venez fêter les 100 communes landaises Hors TAFTA le 22 octobre à Montfort avec les élus et les membres du collectif. Repas ouvert à tous sur inscription.
Regardez le programme et réservez dès maintenant !
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

NouTous sera présent à la 15 ème fête bio des Landes à Labenne le 25 septembre, organisée par le CIVAM bio des landes.
Demandez le programme.

www.noutous.fr/15-eme-fete-bio-des-landes/
... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

La campagne "ma commune hors TAFTA & CETA, c'est pour quand ?" bat son plein. ... voir plusVoir moins

Voir sur Facebook
 nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Tweets @NouTous40
nouTous - Golf de Tosse
nouTous - La vague artificielle à Soustons Plage
Nos Archives
  • 2016 (46)
  • 2015 (59)
  • 2014 (53)
STOP TAFTA
103 Communes landaises hors TAFTA et CETA
Amou, Arengosse, Argelos, Arjuzanx, Arsague, Arue Audon Aureilhan, Azur, Bastennes, Belhade, Benquet, Beylongue, Biarrotte, Biaudos, Bordères et Lamensan, Bostens, Bougue, Brassempouy, Cachen, Callen, Campet et Lamolère, Capbreton, Carcarès-Ste-Croix, Carcen Ponson, Cassen, Castelnau Chalosse, Cauna, Cauneille, Dax, Doazit, Escourse, Estibeaux, Gaas, Gaillères, Gamarde-les-Bains, Garein, Garrosse, Gaujacq, Goos, Habas, Hastingues, Hauriet, Josse, Laluque, Labatut, Labouheyre, Lencouacq, Le Sen, Lesperon, Lourquen, Luxey, Magescq, Mano, Mauries, Maylis, Mées, Messanges, Misson, Moliets-et-Maa, Momuy, Montfort-en-Chalosse, Morcenx Mouscardès, Mugron, Narrosse, Nassiet, Nerbis, Oeyregave, Orthevielle, Orx, Ossages, Pey, Peyrehorade, Pomarez, Pontenx-les-Forges, Port-de-Lanne, Rion-des-Landes, Rivière-Saas-et-Gourby, Sabres, Saint.-André-de-Seignanx Saint Barthélémy, Saint-Jean-de-Marsacq, Saint-Laurent-de-Gosse, Saint Lon les Mines, Saint-Martin-de-Hinx, Sain.-Martin-de-Seignanx, Saint-Pierre-du-Mont, Saint-Vincent-de-Paul, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Saint-Yaguen, Saubion, Saubrigues, Solferino, Soustons, Sorde-l'Abbaye, Tarnos, Tilh, Tosse, Toulouzette, Villenave, Villeneuve-de-Marsan, Ychoux
et 9 Communautés de communes : Maremne-Adour-Côte-Sud, Coteaux et Vallées des LUYS, Pays de Mugron, Pays de Morcenx,Communauté du Seignanx, Communauté d'agglomération du Grand Dax, Communauté du Pays d'Ortie, Communauté de communes de Pouillon, Communauté de communes de Montfort



Panneau : Commune hors Tafta

100 Commune landaises hors Tafta
TTIP/TAFTA et ses investisseurs tout puissants expliqués en moins de 4 min
Vu entre Soustons et Tosse

Non au Gol de Tossef

 Golf=erreur

ICI ZAD

Zone à defendre

Abonnez-vous aux lettres d'info!
KIBAM -  Les événements et manifestations des groupes actifs landais